lundi 23 mars 2015

fermeture du rac

Depuis plus de vingt ans, la fondation travaillait avec  ses volontaires dans ce lieu qu’on appelait le RAC ( reception Action Center )
Des centaines de volontaires de la fondation ont partage leur temps, leur coeur, leur passion avec ces enfants et ces familles de la rue
Parfois tragiques, parfois comiques…mais plus souvent tragiques furent les situations auxquelles ils furent confrontes. 
Que de rencontres ou l’enfant, les familles venaient partager leur quotidien  precaire souvent fait de violence, de desespoir, de mal vivre, de problemes de santé, de tres grande pauvreté à des jeunes ou moins jeunes qui  venaient de milieux privilegies qui souvent pour la premiere fois rencontraient la grande pauvreté et la mort.
La vie des familles et des enfants au RAC  etaient difficiles, dans un environnement plutot hostiles…La fondation a beaucoup investi dans la construction ou la  refection des batiments pour essayer de donner un cadre plus humain à cette  humanite abimee.
Parfois  malades, les *accueillis * du RAC allaient  rencontrer Jeff infirmier detache par la fondation. A l’ecoute, il faisait souvent le lien entre les familles, les enfants et les volontaires parfois dans l’action de l’extreme…hospitalisation d’urgence.
Attendus des le matin  par les enfants qui vivaient les activites diverses organisaient par les volontaires comme le moment de la journee, un moment de liberté, d’expression par la parole, le jeu et les activites artistiques.
L’attention aux plus pauvres tels les enfants han dicapes mentaux etaient prioritaire…Enfants et jeunes rebuts de la societe, parques dans ce lieu sans avenir, sauf celui d’y rester car personne ne s’y interessait. Face à cette realite, la fondation a ouvert voici quelques annees une maison pour accueillir une vingtaine de ces enfants  venant du RAC.
Des lieux d’expression furent amenages pour que nos volontaires puissent partager la dure realité quotidien.
Realité que nous avons souvent denoncee sans faire de scandale…Seule Fondation dans ce lieu gere par le gouvernement, une photo d’un enfant handicapé mental a circule en octobre dernier prise par un membre d’une autre association en visite…d’ou un scandale qui a amené la fermeture du RAC…
La rue est – elle un endroit plus approprie pour vivre que le RAC ?
Aujourd’hui,  la rue accueille tous ceux qui ne peuvent se loger dans cette ville de Manille qui exclut les plus pauvres.
Quelle reponse face à cette exclusion ?

La fondation a ouvert un lieu appele ODC ( open day center ) qui accueille quelques familles de la rue…mais combien  d’enfants, de familles continuent à etre en danger….

Cherchons d’autres solutions humaines pour que chacun puisse retrouver sa dignité…avec  les finances…

1 commentaire:

Véronique, infirmière, clown, comédienne, assistante maternelle, vendeuse, calligraphe, biodanseuse, concertiniste...et tant d'autres choses a dit…

J' ai travaillé au RAC pendant 3 mois en 2008. Je suis bouleversée de cette fermeture. Que va mettre en place la municipalité? Rien ? Probablement.
Même si le RAC était une solution boiteuse et minable face au problème des enfants des rues, rien est bien pire. Et la prison pour adolescents qui jouxtait le RAC que devient-elle?
Véronique Avenel